Les soins de conservation et de présentation - 3123 Obsèques
 Appelez le 31 23 OBSÈQUESAPPEL GRATUIT, 7j/7, 24h/24
  • Zoom -Modifier la taille du texteZoom +
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer

Les soins de conservation

La maladie ou les circonstances d’un décès peuvent modifier considérablement l’apparence d’une personne. De plus, aujourd’hui, beaucoup éprouvent une grande appréhension à l’idée de voir un proche défunt. Des soins appropriés permettent de rendre toute sa dignité au défunt et procurent aux proches apaisement et sérénité.

Des soins prodigués par des professionnels

Quelles que soient les circonstances du décès, des soins de présentation sont effectués par les professionnels des services funéraires avec les indications de la famille. Ils consistent en une toilette, un habillage, une coiffure et un maquillage, voire une toilette rituelle pour certaines confessions.

Des soins de conservation peuvent également être prodigués, par des professionnels diplômés appelés thanatopracteurs. Ils sont parfois rendus obligatoires, ou au contraire interdits dans certaines circonstances, pour certaines causes de décès ou en fonction des rites religieux.

En rendant au défunt les traits apaisés du sommeil, en éliminant les stigmates de la mort, les soins de conservation sont une source de réconfort pour les proches, qui retrouvent la personne qu’ils ont aimé dans les meilleures conditions.

Il est à noter que les soins de conservation ne peuvent être réalisés qu’après déclaration auprès du maire de la commune du lieu où ils seront pratiqués.

La toilette rituelle

Les chambres funéraires accueillent également la réalisation de toilettes rituelles organisées suivant des règles très strictes en fonction du culte religieux du défunt.

Saviez-vous que...

Chez les Musulmans, les soins de conservation ne sont pas autorisés. Cependant, on pratique la toilette de purification essentielle : le corps est lavé par quatre personnes, du même sexe que le défunt et instruites dans les rites.

Dans la religion juive, les soins de conservation sont interdits, mais sont obligatoires en cas de rapatriement en Israël, car le cercueil est alors ouvert et le corps inhumé en pleine terre.